2 700km de rails au service des populations et de la croissance

<< Retour

C’est le projet ferroviaire phare en Afrique de l’Ouest. 2 700km de voie ferrée pour relier les capitales politiques et économiques Cotonou/Niamey/Ouagadougou/Abidjan, avec un raccordement à Lomé.

Près de 1 000km de voies nouvelles situées sur les territoires béninois et nigérien et des sections à réhabiliter, comme la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou datant de 1936. Les travaux de ce chantier historique ont officiellement démarré les 7 et 8 avril 2014 par la construction du tronçon Cotonou-Parakou-Niamey, avec le Groupe Bolloré comme partenaire stratégique.ART1

La Boucle ferroviaire est une décision historique portée par la vision des Etats concernés. Le rail était jusqu’à présent considéré comme le parent pauvre des infrastructures de transport au profit de la route : la Boucle va bel et bien changer la donne. Tout d’abord, ce sera la première ligne ferroviaire reliant cinq capitales africaines.

Ensuite, le transport de fret par voie ferrée étant moins énergivore que le trafic routier, il bénéficiera d’un avantage compétitif important avec une empreinte carbone réduite.

Enfin, le rail est un mode de transport sûr, rapide et fiable. Si l’effet de création de valeur qu’il va susciter, pour une croissance forte et durable, est évident, il ne s’arrêtera pas là.

Autres bénéficiaires de la Boucle ferroviaire, les populations, tant rurales que citadines, vont pouvoir utiliser ce mode de transport, très familial, à des prix compétitifs.

Reliant les métropoles dans une logique d’intégration sous-régionale, c’est au final un bassin de population de près de 300 millions de personnes à l’horizon 2020 qui en récoltera les fruits – dont les habitants du Niger.

Réalisation structurante au niveau économique et social pour le Niger, ce chantier fédère toutes les énergies notamment dans le cadre du tronçon de 140km Niamey-Dosso réalisé par les équipes du Groupe Bolloré.

PARTAGER